05/08/2019

Jeunes Ambassadeurs pour la Citoyenneté Européenne - France // Allemagne // Bosnie // Macédoine


                                 
Jeunes Ambassadeurs pour la Citoyenneté Européenne

A Sarajevo, la capitale de Bosnie-Herzégovine, s'est déroulé la 3ème phase du projet franco-germano-bosnien-macédonien "Jeunes Ambassadeurs pour la Citoyenneté Européenne". Une particularité qui fait que cette semaine soit encore plus amusante, enrichissante et intéressante, c'est l'implication du groupe des jeunes de Macédoine du Nord qui ont déjà fait partie d'un projet porté par Une Terre Culturelle avec la même thématique. 
En effet, lors de la rencontre à Marseille en avril cet année, où les jeunes de 2 projets se sont rencontrés autour de la même thématique, un fort lien s'est établi entre eux, ayant pour le résultat cet échange quadrinational à Sarajevo. Pour vous transmettre cet ambiance conviviale et interculturelle qui se répand dans le Jérusalem des Balkans, on a récueuilli quelques témoignages des jeunes de 4 pays :

Selma (France)
"La Bosnie, ça me plaît. J'ai vu comment les gens vivent. J'ai vu des paysages magnifiques et cette ville est belle. J'ai aimé le rallye de la ville même si on marchait un peu beaucoup, mais sinon, c'était bien. J'ai aussi bien aimé la pente d'hier. En fait, c'était le téléphérique, la vue qu'on avait sur Sarajevo. J'aime aussi le groupe et j'arrive à communiquer en anglais et avec des signes. Ce que j'ai aimé le plus jusqu'ici, c'est la ville elle-même."

                



Orhan (Bosnie-Herzégovine)
"Je suis content que tout le monde a eu cette opportunité que d'habitude on n'a pas. On a des conditions de travail et on peu créer quelque chose. Cela permet que le processus créatif sorte de nos têtes et qu'on a simplement l'opportunité de dire ce que l'on pense. Pour moi, c'est le fait le plus positif de l'échange entier, du projet entier. Quant au groupe, on voit le développement qui s'est produit après deux phases. On voit qu'après deux phases ça va beaucoup mieux, que les gens sont plus accommodés, ce qui nous montre que les gens ont besoin du temps pour s'habituer les uns aux autres. On collabore bien, on n'a aucun problème. Je pense que les autres participants sont très étonnés par Sarajevo, d'une manière positive et que pendant la semaine ça va aller de mieux en mieux. Moi, je n'ai pas de problème avec la communication. Naturellement, la communication avec les Bosniens ne me pose pas de problème. Ensuite, je parle allemand, ce qui me facilite la communication avec le groupe allemand. D'autre part, je suis très proche avec le groupe macédonien, même dans quelques choses personnelles, hors de l'échange. On se connaît un peu mieux et notre mentalité est similaire, ce qui donne qu'on n'a pas de problème de communication. On parle en anglais presque tout le temps. Quant au groupe français, étant donné qu'ils ne parlent pas beaucoup anglais, on a le personnel qui travaille avec nous pour l'interprétation et il le fait bien. Ainsi le groupe français n'a pas de problème à s'intégrer au groupe et nous pouvons communiquer. Au pire cas, on a le translate sur internet. J'espère que les échanges pareils s'organiseront encore, c'est-à-dire il y a des gens qui en ont besoin beaucoup plus et il faut leur donner l'occasion de participer à une telle rencontre. J'espère que les gens qui travaillent avec les jeunes dans les organisations, et qui font donc un travail très important pour la société, auront le soutien pour continuer ce travail."




Ejona (Macédoine du Nord)
"Cet échange, c'était vraiment une surprise pour moi. Je n'attendais pas que ça serai si cool. Pas seulement les gens avec qui on fait cet échange, mais aussi l'hébergement, la nourriture et tout. Aussi, les Bosniens sont très gentils avec nous et j'apprécie beaucoup cela. Quant aux visites j'ai aimé la ville ancienne, le centre ville Baščaršija. C'était vraiment bien et j'ai goûté les plats traditionnels, ils sont incroyables. Aussi, la cathédrale ancienne qui se trouve près du centre de la jeunesse, elle est très belle. Je l'avais vue seulement de l'extérieur mais j'espère que pendant du temps libre je pourrai la visiter de l'intérieur aussi. La communication dans le groupe ne me pose pas de problème. On communique en anglais et également en bosnien avec les Bosniens car nous comprenons bien cette langue. Pour les participants allemands ou français qui ne parlent pas l'anglais, on utilise la traduction de nos animateurs."



La fin de semaine s'est terminée par une exposition photo, qui rassemblait les résultats du projet produit pendant des ateliers créatifs (musique / vidéo / photos).

Cette soirée était l'occasion d'échanger des idées avec les participants du projet, les représentants des quatre organisations partenaires, l'ambassadeur de la Macédoine, M. Ebibi et l'attaché culturel de l'ambassade de France et également directeur de l'Institut Français à Sarajevo, M. Mouriez nous ont fait l'honneur de leur présence en cet événement si spécial, qui clôturait cette échange. 




 



En partenariat avec KlubHaus Spandau, Cisno, Loja et Lebenswelt
Soutenu par l'Office franco-allemand pour la Jeunesse et Erasmus +